lunedì 5 luglio 2010

Émile Zola - L'Argent -

Alcuni anni fa ho letto L'Argent, un geniale romanzo di Émile Zola, ambientato nel mondo della borsa e delle grandi speculazioni finanziarie.
Il romanzo si svolge negli anni 1860-1867, ma è tremendamente attuale.
Mi ha colpito particolarmente un passo, verso la fine del libro, che riporta una grande verità storica.

"Et la Bourse, grise et morne, se détachait, dans la mélancolie de la catastrophe qui, depuis un mois, la laissait déserte, ouverte aux quatre vents du ciel, pareille à une halle qu'une disette a vidée.

C'était l'épidémie fatale, périodique, dont les ravages balaient les marchés tous les dix à quinze ans, les vendredi noirs, ainsi qu'on les nomme, semant le sol de décombres.

Il faut des années pour que la confiance renaisse, pour que les grandes maisons de banque se reconstruisent, jusqu'au jour où, la passion du jeu ravivée peu à peu, flambant et recommençant l'aventure, amène une nouvelle crise, effondre tout, dans un nouveau désastre.

Mais cette fois, derrière cette fumée rousse de l'horizon, dans les lointains troubles de la ville, il y avait comme un grand craquement sourd, la fin prochaine d'un monde."

Le truffe finanziarie sono cicliche. Si ripresentano periodicamente, ogni 10-15 anni, seminando disastri.  E ogni volta c'è gente che non impara dal passato, riacquista fiducia e ricomincia a giocare.  
Zola ha colto questa grande verità nel 1891.


Nessun commento:

Posta un commento